Thématiques de travail

Nous lançons culture Solutions Europe dans un contexte d’incertitude et de remise en cause du projet d’intégration européenne, tandis que l’évolution technologique affecte la manière dont l’Humanité traite une planète écologiquement menacée.

À la croisée de ces défis, le travail de culture Solutions Europe se concentrera donc sur 5 thèmes prioritaires :

  • L’action culturelle & la légitimité
  • La gouvernance numérique et de l’internet
  • Les relations culturelles
  • La diplomatie culturelle
  • La coexistence interculturelle et les compétences linguistiques

 

 

Culture et légitimité

Il y a une crise de légitimité du projet européen.

Le succès du projet d’intégration européenne est négligé ou même nié par des forces politiques qui exploitent la peur et la colère des eurosceptiques. L’action extérieure de l’UE pourrait être plus transparente et plus participative. Elle est encore très dominée par les administrations nationales chargées de la politique étrangère et de la sécurité ainsi que par la diplomatie des grandes villes. Traditionnellement, l’action extérieure de l’UE est très eurocentrique et, dans certaines régions du monde, elle est influencée par le passé colonial de plusieurs États Membres. Or, ceci est en contradiction avec la diffusion d’une image positive et fiable de l’Europe et des Européens.

Sur la scène mondiale, la manière dont l’UE a défendu le multilatéralisme est remise en question par d’autres puissances et modèles de société.

Nous contribuons à une meilleure compréhension des tensions entre l’idée d’Europe, d’une part, et la réalité de la crise de légitimité de l’UE, d’autre part. culture Solutions observe aussi l’impact international et les conséquences de l’euro-scepticisme sur les relations culturelles internationales de l’UE et sur l’image de l’Europe et de l’UE dans le monde.

En pratique, cela signifie qu’il faut collaborer avec les professionnels de la création :

  • Étudier et s’engager avec les villes et les gouvernements locaux pour les aider à combiner leurs politiques culturelles et leur engagement international et européen.
  • Aborder la diplomatie du patrimoine culturel et les politiques de gestion du patrimoine culturel comme une interface concrète des politiques intérieures et extérieures.
  • Analyser en profondeur les paradigmes eurocentriques et postcoloniaux en jeu dans l’action extérieure de l’UE et identifier leurs effets dans les relations avec les sociétés, les gouvernements et les institutions des autres continents.

 

 

Digitalisation & Internet

La diffusion/démultiplication des outils numériques et de leur utilisation dans le secteur culturel a un impact transformatif sur :

  • les modes de production, de promotion, de partage et de diffusion de la culture et des arts – la manière dont ils atteignent les publics et les clients qui les consomment et en tirent profit
  • la culture numérique qui évolue moins vite que le progrès technologique, une grande partie de la population ayant un accès inégal aux compétences, outils et biens numériques

Un modèle européen spécifique de gouvernance de l’internet verra-t-il le jour ? Comment les nouvelles technologies et l’innovation scientifique vont-elles interagir avec les arts et la création de sens dans nos sociétés ? Comment cette tendance influencera-t-elle la manière dont les Européens et l’UE interagissent avec le reste du monde et quelles sont les implications pour les politiques de l’UE ? Comment un marché unique numérique de l’UE et les programmes de recherche de l’UE peuvent-ils contribuer à la créativité numérique et à l’instauration d’une confiance avec les autres continents ?

Nos travaux sur le thème de la numérisation et de la gouvernance de l’internet poursuivent trois objectifs principaux :

  • Objectif 1 : Contribuer, dans une perspective culturelle, à la définition et à l’émergence d’un modèle européen de régulation de l’internet.
  • Objectif 2 : Mettre les dimensions numériques et technologiques plus en évidence dans l’agenda de l’UE en matière de relations et de diplomatie culturelles et assurer des croisements créatifs et fructueux entre les arts, la science, la technologie et l’expertise numérique.
  • Objectif 3 : Clarifier les débats et les priorités pour les composantes culturelles d’une diplomatie numérique de l’UE.

Relations culturelles

 

Culture Solutions poursuivra plusieurs objectifs prioritaires dans le cadre de ses activités.

1. culture Solutions établira des relations à long terme et basées sur la confiance avec les principaux réseaux culturels, les groupes professionnels et les institutions culturelles s’occupant de relations culturelles extérieures. Nous écouterons et essaierons de comprendre la diversité de leurs besoins pour optimiser leurs efforts de mise en œuvre des politiques de l’UE en matière de relations culturelles internationales.

2. Nous fournirons, à tous les acteurs impliqués dans les relations culturelles extérieures de l’UE, une analyse et une expertise spécifiques et circonstanciées de ce qui se passe au niveau de l’UE. Nous veillerons à ce que les professionnels de la culture, les gouvernements locaux, le secteur privé et les Etats Membres soient informés dans les meilleurs délais des tendances ainsi que des faiblesses des politiques de l’UE en matière de relations culturelles internationales, afin de pouvoir prendre la part qui leur revient et jouer leur rôle dans l’élaboration de ce nouveau programme en pleine expansion.

3. Notre groupe s’engage avec les professionnels de la création et les artistes pour concevoir conjointement des initiatives qui contribueront à innover et imaginer une action extérieure de l’UE ravivée, rafraîchie et modernisée en vue de la rendre plus inspirante, plus crédible et plus attrayante à l’intérieur et l’extérieur de l’UE.

Diplomatie culturelle

 

Le premier objectif de culture Solutions est de veiller à ce que les informations sur les processus de diplomatie culturelle de l’UE en cours soient diffusées et partagées de manière transparente et en temps utile.

Nous analysons de manière constructive les processus d’élaboration des politiques, en tenant compte de la diversité des intérêts en jeu. Ce faisant, nous espérons poursuivre un deuxième objectif qui est de contribuer à l’amélioration générale des compétences de toutes les organisations et institutions qui sont impliquées dans la diplomatie culturelle :

  • Les institutions et les délégations de l’UE qui ont besoin de plus de formation en matière de coopération culturelle ;
  • Les États Membres et le personnel de l’EUNIC qui ont besoin de plus de formations sur l’européanisation de leur travail ;
  • Les professionnels de la culture qui ont besoin de plus de formation sur l’internationalisation et les possibilités de coopération offertes par les nouvelles politiques de l’UE dans le domaine de la diplomatie culturelle et des relations culturelles.

Troisièmement, nous avons l’intention d’ouvrir des espaces pour développer les échanges multipartites d’apprentissage mutuel de circulation et de diffusion du savoir-faire entre tous les professionnels concernés (institutions et délégations de l’UE, professionnels de la culture, fonctionnaires des États membres).

L’ouverture d’espace d’échanges contribuera à améliorer la qualité de l’élaboration des politiques de l’UE dans le domaine de la diplomatie et des relations culturelles.

 

 

Interculturalité & langues

Nous vivons dans un monde dans lequel les médias sociaux sont utilisés pour amplifier la confrontation culturelle.

En parallèle, le changement climatique et les menaces contre la planète par l’ensemble de l’humanité ont ouvert une nouvelle phase de l’histoire. Les personnes et les sociétés n’ont jamais été aussi interconnectées du fait de la mondialisation, des flux migratoires et des technologies de communication. Cela ne signifie pas pour autant que les sociétés convergent culturellement. La dignité et la reconnaissance de l’autre ne vont pas de soi. Au contraire, les différences culturelles semblent même s’approfondir dans certains cas. Par exemple, parler de la valeur universelle des droits de l’homme dans certains certaines contrées n’est pas si simple et nécessite parfois une approche spécifique en matière de communication et de culture. Le besoin de sensibilité interculturelle et de confiance entre les personnes et les communautés semble être à son apogée. La sensibilité interculturelle et les langues constituent un domaine de travail complexe et hétérogène. Notre premier objectif est de renforcer une approche interculturelle systématique parmi les professionnels européens des relations culturelles internationales de l’UE. Comme l’affirmait l’universitaire américain Milton Bennett à propos du programme Erasmus : “le contact interculturel c’est bien, mais ce n’est pas suffisant” pour équiper les gens en communication interculturelle et préparer les populations à la communication interculturelle.

Nous nous associons à des experts de la sensibilité interculturelle et à des professionnels de la formation pour dispenser des formations :

  • Au personnel des institutions de l’UE
  • Au personnel de l’EUNIC
  • Aux professionnels de la culture – et aux organisations et personnes intéressées.

Notre deuxième objectif consiste à mieux comprendre le rôle :

  • des politiques de mémoire
  • de l’héritage du colonialisme
  • des relations culturelles internationales contemporaines de l’UE Bien que ces sujets soient déjà traités par les universitaires, la littérature et les arts, ils n’ont pas vraiment atteint les cercles de décision de l’UE.

Nous considérons que ces questions sont devenues un patrimoine européen collectif qui doit être traité collectivement et pas seulement comme une “mémoire” purement nationale ou communautaire. Ouvrir des espaces pour échanger, débattre, pour la création artistique et la production créative, dans une perspective européenne et mondiale, ouvrira de nouvelles perspectives à la création de confiance et au développement de coopération et des partenariats concrets. Concernant le rôle des langues dans les relations culturelles internationales de l’UE, tant comme langues de travail que comme vecteurs de dialogue interculturel, nous nous employons à élaborer un programme spécifique et plus stratégique de l’UE sur les langues dans les relations culturelles internationales qui vont au-delà des cadres de coopération existants, de la division multilatérale du travail, des communications stratégiques et des pratiques de diplomatie publique.